Idées de voyages uniques | Conseil individuel | Service de concierge assuré 24h/24h | Horaires d’ouverture 08 - 22 h

Voyager en Oman

La politique en Oman

L’Oman est un état caractérisé par la culture arabe et islamique. Cela veut dire que de nombreux points de vue et modes de vie se réfèrent au Coran, les Saintes Écritures des musulmans, et la charia est utilisée comme base juridique. Le chef d’État d’Oman est le sultan Haitham ibn Tariq. Le Sultan réunit en lui les pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif et dispose ainsi de tous les pouvoirs. Cependant, les Omanais ne voient pas le sultan comme un souverain absolutiste, mais bien plus comme un père qui leur a montré le chemin d’une nouvelle ère, vers la liberté et la modernité. Le gouvernement omanais ne connait aucun parti ou parlement. Le sultan Haitham ibn Tariq regroupe la règle traditionnelle de l’Islam avec des perspectives modernes. Un cabinet de ministres de secrétaires d’État et de conseillers, qui ont été nommé par le sultan, lui assistent. Il occupe lui-même les postes de premier ministre, de ministre des affaires étrangères, de ministre de la défense et de ministre des finances. L’ancien sultan Qaboos entretenait une relation particulière avec son peuple : chaque année il faisait un voyage à travers le pays et conviait le peuple à l’audience. Si les citoyens ont un problème, ils peuvent parler directement au sultan et au ministre responsable lors de ce voyage « meet-the-people ». Depuis 1991, il existe également une commission consultative composé de représentants du peuple. Cette commission examine les ministères et les projets de loi. L’Oman est en bonne voie de devenir une démocratie islamique. En 1996, la constitution omanaise, qui comporte 81 articles, a été proclamée. Elle réglemente les aspects de l’appareil d’État et de la succession au trône. Elle constitue la base de la stabilité sociale et politique du pays et garantit les droits et libertés de chaque individu. Le gouvernement a également été élargi par un conseil d’État, qui a pour but de renforcer la coopération entre le peuple et le gouvernement.

Politique intérieure

L’Oman est divisé en trois districts administratifs (Muscat, Dhofar et Musandam) et 44 districts municipaux. Les représentants de la municipalité forment le lien entre la tradition et l’administration moderne. Ils prennent des décisions importantes, coordonnent les affaires gouvernementales dans leur district, transmettent les demandes des tribus et se concertent avec le ministère de l’intérieur. La législation et la juridiction du sultanat sont fondées sur la législation islamique, la charia. Le pays compte près de 50 tribunaux de la charia pour les affaires civiles et pénales, une cour suprême à Mascate, des cours d’appel et des tribunaux régionaux. La peine de mort est imposée pour les meurtres et les crimes graves comme le trafic de drogue.

Politique étrangère

Le sultanat d’Oman a été en isolement pendant plus de 100 ans. Lorsque le sultan Qaboos a pris le pouvoir en 1970, des réformes ont été introduites pour aider le pays à sortir de cet isolement. Le sultan a établi de bonnes relations avec les pays voisins et les nations industrielles de l’Occident. Pour Qaboos, c’est un signe de la lutte pour la paix mondiale et la compréhension internationale. Aujourd’hui, l’Oman est membre des organisations telles que l’ONU, la Ligue arabe et d’autres. L’État entretient des relations diplomatiques avec plus de 120 pays.